LA COURSE MONTE D'UN T(H)ON

Après une semaine de course, la ligne d'arrivée de The Bridge à New York est à 570 milles (1055 km) des étraves de Sodebo Ultim’ – finish a priori mardi dans la matinée selon Jean-Luc, Nélias le navigateur. Si Macif, toujours leader, a filé par devant, Idec Sport, deuxième maintient son écart.

Dans cette zone sous la Nouvelle-Ecosse, beaucoup de poissons et de mammifères marins, sillonnent les eaux. Deux d'entre-eux, « probablement des thons », ont percutés successivement les safrans de Sodebo Ultim', endommageant notamment l’appendice tribord dont une partie a disparu. 

Thomas Coville et ses cinq équipiers ont travaillé dur ces dernières 24 heures. Leur bateau navigue désormais avec un petit handicap. L’objectif de cette course ; se confronter à d'autres multicoques Ultim, reste intact dans les esprits des Sodeboys qui prennent beaucoup de plaisir dans cette régate de géants pour continuer à apprendre et à progresser.

L’arrivée sur New York, ses courants, ses zones de vents perturbées promet encore une belle régate.

Comment va se dérouler cette journée du dimanche 2 juillet ?
Vincent Riou: « On navigue bâbord amures dans 15 à 20 nœuds de vent, au près. On va continuer ainsi quasiment jusqu’à la fin de la course. Il y a un peu de mer et ça « couine ». On n’avait plus l’habitude avec ces conditions tellement clémentes depuis le départ. On va avoir du vent plus fort à partir du milieu de nuit, et ça va se renforcer. On sait que ce sera du près jusqu’à New York.

On a utilisé le gennaker dans moins de 5 nœuds de vent au départ à la pointe de la Bretagne, et depuis il est resté dans son sac… a priori il va y rester jusqu’à la fin. Le petit décalage que nous avons créé avec IDEC Sport en étant un peu plus au vent, c’est une opportunité même si nous n’avions pas trop le choix. Ça va être du louvoyage jusqu’au bout. On va avoir un grand bord bâbord amure qui va nous amener entre la Nouvelle-Écosse, Boston puis Nantucket. Ensuite, il y aura une légère rotation du vent sur la droite pour faire route sur l’arrivée en tirant des bords. Une vraie transat de près ! »

Jean-Luc Nélias : « Ce n'est pas la situation la plus fun mais il n'y a pas le choix. Aujourd’hui, nous allons pas mal nous rapprocher du continent avant de redescendre vers Nantucket demain. Ce matin il fait beau, on est au près serré à faire du saut de vagues. Il fait bon et doux, cela n’a rien à voir avec la nuit précédente et ses brouillards pénétrants. Cet après-midi, le vent va monter à 25 nœuds. Au louvoyage il va y avoir des changements de voiles et aussi pas mal de virements.

La stratégie c'est d'essayer de créer des leviers sur Idec pour avoir une chance de le passer. Cela n'est pas facile car Macif a des meilleures conditions que Idec qui a des meilleures conditions que Sodebo... qui a des meilleures conditions qu’Actual.

On commence à sentir les effets de la terre, la vraie vie à terre ce sera mardi soir.. Le trafic maritime devient plus important, on aussi a croisé des cachalots, des baleines, des dauphins, un filet dérivant et des thons. »

safrancasse.jpg

Safran endommagé

Jean-Luc Nélias : « C’est sans doute un thon qui a tapé dans le safran tribord alors que nous avancions à 25nds. Il y a eu un bruit métallique. On a ralenti pour regarder et on a essayé de bricoler quelques temps sans succès. Quand nous avons viré de bord, on s’est rendu compte que le bas du safran avait disparu.

Dans la soirée on a tapé de la même façon avec l'autre safran. On a eu la barre bloquée pendant quelques minutes avant de réussir à rétablir le système et à relancer la machine. Pour le moment, on a perdu un peu de temps à bricoler et on est un peu ralenti en bâbord amure. Nous avons perdu pas mal de terrain hier avec nos ennuis et le vent plus favorable pour notre prédécesseur. »

Quelle analyse portez-vous sur la différence et les potentiels des bateaux du trio de tête ?
Thomas Coville : « Avec François Gabart, c'est un peu le remake de l'année dernière sur The Transat dans des conditions qui lui sont encore plus favorables et où il peut exploiter le maximum du potentiel en équipage. Dans le petit temps et le medium au près, Macif est au top.

Idec Sport et Sodebo ont des plateformes qui ont des bouts chacun d'époques similaires. Je dirai aujourd'hui que Idec est même une référence en équipage depuis cet hiver.  Par rapport à Sodebo, ils sont un peu plus long de 50cm et 1.3 m plus large. Les bras et les flotteurs sont 5 ans plus jeunes que les nôtres et plus légers. Nous avons des gréements qui ont quasiment la même taille.

Les bateaux sont assez proches en vitesse, à part peut-être dans les transitions de petit temps où IDEC est très performant. Ils connaissent super bien leur bateau et la course se joue à très peu... comme percuter un poisson hier après-midi.

Jusqu'au bout, ce sera très ouvert. C'est pour ça qu'on se bat sur les problèmes techniques ; je suis toujours aussi content de les résoudre et on ne lâche rien ! »