Interview de Thomas Coville - Record au Cap Horn

Le Cap Horn à bout de souffle
« On a une super fenêtre. Pour tenir les routages, il fallait attaquer. Je me suis mis dans le rouge comme jamais même à vélo. Hier je voulais vraiment y arriver pour attraper le bon train de la dépression. Je suis vraiment allé très loin puiser dans mes ressources. Cela fait partie du jeu.

 Hier je suis allé frôler les cailloux. Tu retrouves la côte alors que tu t'es habitué à être entouré de liquide qui bouge tout le temps et là, tu as devant toi quelque chose d'immobile, un danger avec l'énorme houle du Pacifique qui arrive sur la côte déchiquetée. J'ai longé cette côte à 10 milles. Comme je n'ai pas de moteur il ne faut pas que ça foire ! »

 Une navigation très sud
« Drôle de jeu que les glaces. Un paramètre que tu ne maitrises pas et qui devient rédhibitoire pour les records où la distance parcourue est un des facteurs importants. On est descendu très sud. J’ai eu froid, très froid. Je suis resté des heures assis dehors dans le froid, une écoute à la main dans ma combinaison de survie prêt à choquer ou à reprendre. A terre, tu ne pourrais pas supporter cela. »

 Le Horn dans la pétole
« Pendant 30 jours tu vis dans un bruit infernal, dans le froid, l’humidité, le gris, et puis tu sors du no man’s land, tu passes le Cap Horn et là plus rien, plus de vent, de la pétole, c’est assez incroyable !  Au lever du jour, il pleuvait et j'ai réalisé. Je n’ai plus cette pression les glaces, l’humidité, le froid, le désert. C’est le retour à la civilisation, les gardes côtes sont venus me parler ainsi qu’un autre bateau. »

 Le record plus qu’une histoire de chrono, une histoire d’homme
« C’est mieux d’être devant. Mentalement, c’est agréable et appréciable. Je sais que ce n’est pas joué mais que c’est confortable. Sodebo Ultim’ est bien mené et j’ai une super équipe autour de moi tant pour le routage que pour la préparation technique. Il faut que je reste dans cette dynamique de bien jouer.

Le record, ce n’est pas qu’un score. Le temps est un chose et c’est intéressant. Ce record, c’est toute une histoire et je voudrais qu’on raconte cette histoire. C’est toute cette aventure fabuleuse qui m’intéresse. Et c’est une histoire d’hommes. »